La Ville

Matera compte environ 55.000 habitants. La ville, située à 401 m au-dessus du niveau de la mer, est à seulement à 45 km de la côte. Appréciée et visitée pour ses Sassi, elle offre encore bien d'autres beautés et points d'intérêt culturel.
La cathédrale du XIIIème siècle, en style roman des Pouilles, se dresse sur le col de la Civita, premier établissement humain de la ville remontant au Moyen-Age et caractérisé par murs et fortifications. Entièrement restructurée durant la période baroque, elle abrite d'intéressantes oeuvres sculptées et peintures d'artistes locaux, dont la crèche en pierre réalisée par Altobello Persio au XVIème siècle et le choeur en bois signé Giovanni Tantino di Ariano Irpino du XVème siècle.
Les autres églises romanes du centre historique, Saint Jean-Baptiste et Saint Dominique, sont tout autant intéressantes.
Le long de la partie dorsale du quartier "Piano", datant du XVIIème siècle, les visiteurs peuvent admirer des constructions civiles et religieuses de la période baroque telles que les églises de Saint François d'Assises, du Purgatoire et Sainte Claire avant d'arriver au Palais Lanfranchi, adjacent à la petite église de la Madonne du Carmel, actuellement siège d'importantes expositions d'art. Construit comme séminaire à la fin du XVIIème siècle, il devint un lycée classique où enseigna Giovanni Pascoli. Le Palais Lanfranchi a récemment été restructuré et abrite le Musée d'Art Médiéval et Moderne de la Basilicate. De même, y sont exposées une grande collection de toiles de Carlo Levi, de nombreuses oeuvres de l'école napolitaine du XVIIème et XVIIIème siècle, ainsi que différentes sculptures et peintures provenant de divers centres de la province, restaurées par la Direction des Biens Historiques, Artistiques et Ethnoanthropologiques de la Basilicate, mais encore d'autres expositions périodiques de grand intérêt.
Le Musée National "Domenico Ridola", institué en 1911 et dédié à un des hommes les plus importants de la ville, permet de reconstruire les origines de la ville. Domenico Ridola, médecin et sénateur, passionné par l'antiquité, lança plusieurs campagnes de fouilles archéologiques à la fin du XIXème siècle qui lui permirent de découvrir quelques uns des établissements les plus importants du Paléolitique et du Néolithique et par conséquent de constituer une collection très intéressante de pièces archéologiques, ultérieurement enrichie et mise à jour grâce au travail des techniciens du Musée.
La partie réservée aux collections appartenant à la Grande Grèce qui se développa sur les cotes ioniennes, est aussi d'un intérêt particulier.
Parmi les constructions qui se distinguent dans les rues du centre ville, en outre des nombreux palais nobiliaires tels que le Palais Firrao-Giudicepietro de la fin du XVème siècle ou bien le Palais du Siège de 1799, aujourd'hui siège du Conservatoire de Musique, il y a aussi le Château Tramontano, érigé au XVIème siècle, hors de la ville, sur la volonté du Comte Giancarlo Tramontano. Doté d'un donjon central et de tours latérales, il ne fut jamais complété en raison de la mort prématurée du comte.

Torna Sopra