Eglise du Purgatoire

Extérieur

Achevée en 1747, la nouvelle église du Purgatoire présente une façade de la fin de la période baroque, réalisée par Giuseppe Fatone. Érigée grâce aux fonds de la « Confraternité des Saintes Âmes du Purgatoire » et de simples citoyens de Matera qui prêtèrent leurs œuvres à titre gratuit, elle présente un thème unique, celui de la Mort, très en vogue à l’époque, considérée non comme la fin, mais comme le début d’une vie supérieure. La perspective se présente avec une ligne courbée très originale qui la font ressembler à une « mitre pastorale », typique couvre-chef épiscopal et se divise en  deux parties par un cadre-bandeau, scandée par quatre parastates sur lesquels reposent des acrotères et des volutes phytomorphes. Dans la partie supérieure, dans la niche, la « Madone avec l’Enfant », et des décorations sculptées qui représentent des anges, des guirlandes de fleurs et de fruits et des flammes singulières qui enveloppent les âmes pénitentes. Dans la partie inférieure, plus détaillée, des niches avec, à droite, l’Archange Michel et à gauche, l’Archange Raphaël. La partie la plus intéressante et la plus insolite concerne le grand portail gravé de volutes et, sur l’architrave, deux squelettes flanquent une âme damnée, alors que la porte d’entrée en bois répète d’une manière excessive le thème de la mort à travers 36 panneaux illustrés de tibias et de crânes parfois ornés de couvre-chefs de souverains et de prélats, afin de souligner l’égalité de tous les hommes après la mort.

Intérieur

La caractéristique qui rend l’église unique par rapport aux autres édifices religieux de Matera est son intérieur qui présente un plan en croix grecque et une haute coupole qui repose sur 4 piliers composés de plusieurs colonnes. Les huit secteurs de la coupole sont recouverts de plusieurs images du XVIIème siècle représentants les Évangélistes Marc, Luc, Matthieu et Jean et les pères de l’église : Ambroise, Jérôme, Augustin et Grégoire le Grand. Quatre pères considérés d’un point de vue liturgique comme les écrivains des premiers siècles du christianisme qui ont indiqué les lignes que l’église suivra par la suite.
Les autels sont au nombre de trois, sur le maître-autel qui contient les reliques de Saint Jean de Matera, Prospère et Calliste, la toile du XVIIème siècle attribuée à Vito Antonio Conversi qui représente Saint Gaétan qui, avec grande humilité intercède auprès de la Vierge Marie en faveur des âmes du purgatoire. Dans la cuvette de l’abside, les immanquables Saints protecteurs de la ville, la Très Sainte Marie de la Brune et Saint Eustache. Les toiles qui se trouvent au-dessus des autels latéraux sont du même auteur. La Via Crucis représentée en huit tableaux datant de 1765 est attribuée à Francesco Oliva.
D’intérêt particulier, l’orgue de 1755 attribué à Castelli et la chaire en bois utilisée jusqu’à la fin des années 70.